Toujours joignable partout

  Présentation de Krishnadas

Pratique et enseignement du Qi Gong

qg2016aIl a découvert le Qi Gong en 1989, à l'occasion de cours dispensés à l'Amicale Franco-Chinoise de Marseille. En 1990, il commence une pratique régulière en suivant la formation proposée à l'Institut Européen de Qi Gong. Il y rencontra divers Maîtres et Experts chinois de Qi Gong, invités régulièrement par Yves Réquena, directeur de l'Institut. En 1993, il obtient un Diplôme de Professeur de Qi Gong, et commence à enseigner dans les Centres Léo-Lagrange et les Maisons pour Tous à Marseille et dans d'autres régions. Ainsi, il organisa fréquemment des stages, pour partager cet Art ancestral, et cette disciple gymnique.
Puis, en 2003, ses pas l'emmenèrent en Orient, à Pondicherry, où il continua à transmettre cette passion liée à l'énergie. Dans ce coin de Terre, en Inde, il continua à enseigner pendant quelques années. Ce fût des moments forts, où la présence bien plus palpable des énergies, a transformé sa pratique du Qi Gong, et son 'travail' avec les énergies.

qg2016bDe retour en France, en 2007, il devient membre du Conseil d'Administration de la Fédération de Qi Gong et des Arts Energétiques. Puis en Mai 2008, à la demande du Magasin 'Le Printemps' (la Valentine - 13013), il co-organise une semaine 'Bien-être' dans la Galerie marchande. Des démonstrations et des présentations ont permis d'accueillir un public enthousiaste pendant cette période. Un mois plus tard, en Juin, il co-organise pour la Fédération, une Journée de Qi Gong à Marseille (Parc Borély - 13008), où plus de huit cents personnes sont venues pratiquer avec les enseignants de la région, diverses techniques, séries et exercices de Qi Gong. Il a invité - à cette occasion - le Consul Général de Chine, et l'Adjoint au Sport de la Mairie de Marseille.

Actuellement, il continue de pratiquer sous diverses formes, cet Art énergétique. Il l'enseigne en Ateliers et Stages dans diverses régions.

 

Pratique et enseignement d'activités physiques et sportives

qg2016eEn 2007, avec l'U.F.O.L.E.P. (Union Française des Oeuvres Laïques d'Education Physique), il participe à des stages pratiques de formations aux activtés physiques et sportives. Il constate que l'activité physique est essentielle pour maintenir un état d'équilibre entre le corps et l'esprit. Pour être 'bien dans son corps et bien dans sa tête', il est important de consacrer du temps à l'un, comme à l'autre, et aussi, à l'harmonie des deux. Ce sont trois moments, où les pratiques peuvent être différentes, distinctes, voires séparées, mais avec un seul et même objectif : l'équilibre corps/esprit et l'harmonie intérieure.

qg2016d

Dans cette dynamique, il a passé en 2009, après plusieurs rencontres sportives, un Certificat de Qualification Professionnelle (C.Q.P.) dans le Loisir Sportif, en se spécialisant dans les Activités Gymniques d'Entretien et d'Expression (corporelle). Celles-ci incluent autant le 'Cardio-training', que le 'Stretching', le 'Step', etc.. Sans aller jusqu'à une pratique suivie de ces disciplines, plutot 'toniques' pour le coeur, il s'est limité aux activités physiques les plus douces, tout en étant aussi efficaces, en tant que 'Gymnastique'.

Ainsi, il a complété ses compétences, en tant que Professeur du Qi Gong, avec sa formation d'Educateur Sportif. Cela lui permet de faire le lien avec le travail que l'on peut faire sur un groupe de muscules pour stimuler leur tonicité ; par exemple, au cours d'une séance d'activité physique et sportive - individuelle ou collective. En comparaison avec la circulation de l'énergie, entre les organes, les tendons et les muscles, que l'on travaillera dans une séance de Qi Gong.

 

Pratique et enseignement de la méditation

Il a commencé à pratiquer la méditation en 1984. Au début, il utilisait le 'training autogène' pour arriver à un apaisement intérieur et un calme bien 'présent'. Dans ses premières démarches, il a découvert, petit à petit, cette dimension intérieure. Une certaine réalité se dévoilait, et lui permettait de prendre conscience de cet état différencié entre le début de la pratique, puis les instants qui suivent. Ses recherches se sont appuyées sur des techniques de Yoga : sources de ces nuances où la conscience et l'esprit peuvent changer leur perception du monde extérieur. De formation scientifique et technique (électronique et informatique), il n'en restait pas moins pragmatique dans ses pratiques, de plus en plus régulières... Un peu comme, quelque chose que l'on découvre et que l'on explore avec patience. Certains états le surprenaient, et changaient sa perception de la réalité extérieure objective. 

En 1987, il pratique quotidiennement certaines techniques méditatives, spécifiques au Raja Yoga : concentrations sur certains points du corps - en particulier, sur le point entre les deux yeux, appelé Ajna (en Sanskrit), ou Tian Mu ('Oeil du Ciel', dans le Taoïsme). Ces techniques sont codifiées dans le Yoga, comme faisant partie du 7e niveau dans les pratiques psycho-corporelles, définies par Patanjali. Ce niveau porte le nom de Dhyana. Mais, les moments où l'esprit est concentré sur un point, correspondent plus au 6e niveau, appelé Dharana. L'impression d'explorer un nouveau 'territoire intérieur', le passionnait et lui donnait tout l'enthousiasme nécessaire. Toujours durant cette période, il pratique la méditation, avec les yeux ouverts (paupières mi-closes) ; ce qui demandait une concentration plus intense, pour s'absorber dans cet état méditatif. Puis, en 1989, tout en continuant sa 'quête intérieure', il commença une pratique de méditation sur le coeur. Celle-ci l'accompagna quotidiennement pendant dix ans. Il découvrit dans le milieu des années 90', ces moments "d'absence et de déconnexion avec la réalité extérieure" qui portent des noms divers dans les Traditions Védique, Tibétaine ou Taoïste... Mais, ce n'était pas important... à ses yeux... Il s'est dit : ce n'est que le début.

Il eût, néanmoins, l'occasion de pratiquer également d'autres techhniques, avec pour objectif, l'abaissement des fréquences cérébrales, pendant les méditations. Il découvrit ainsi, les états de la relaxation dite Alpha ; qui sont utilisés dans des techniques, comme la Sophrologie, la Relaxation (au sens large), et certains autres domaines - de plus en plus exploités actuellement, pour réduire - entre autre - la douleur, au cours d'interventions médicales ou dentaires. Avec un regard scientifique et un mental qui cherchait à comprendre, il arrivait alors, de plus en plus facilement à 'se déconnecter' pendant ses pratiques méditatives - au point de réaliser que la méditation (avec des techniques suffisamment intenses) peut être un véritrable anesthésiant nerveux et émotionnel. Il a constaté que la méditation ne nous aide pas - suivant les situations - à 'décrocher' de la réalité quotidienne ; ce n'est ni son objectif, ni sa finalité. Mais au contraire, elle nous permet d'y faire face avec toute la force et l'énergie nécessaires, reflet d'un calme et d'une paix intérieure, qui se sont bien installés durablement, au centre de soi. Ainsi, il s'est intéréssé aux ondes cérébrales : béta, alpha, delta et théta. C'est dans le début des années 90', qu'il a beaucoup pratiqué diverses techniques, pour explorer et repousser les 'limites' de l'esprit, en essayant de comprendre les phénomènes mis en jeu. Alors, le mental laissa, peu à peu, la place à l'ouverture de la conscience. Ainsi, ses recherches se sont effacées, devant la dimension qui s'ouvrait à lui ; comme on pose le bâton qui nous a soutenu, tout au long du chemin, lorsqu'on arrive le soir, à la fin d'une étape... 

Sa pratique du Qi Gong et de la Méditation, ont dévoilé de nouvelles perceptions qui prenaient place dans sa vie de tous les jours, pour lui donner une certaine quitétude intérieure. On appelerait ça, une certaine philosophie, un certain regard sur la vie, sur les êtres et sur les choses. Quoiqu'il en soit, on ne revient jamais le même, d'un tel voyage intérieur, à chaque fois que l'on s'aventure dans le "Labyrinthe de la conscience". Ici, ce mot est pris au sens ancien, qui signifie : désorientation, confusion, embarras. C'est pour cela que la méditation donne un éclaircissement à cette conscience, et permet de modifier l'"Etat de l'esprit" que l'on a avant d'entrer. Alors, une certaine 'Lumière Intérieure' se dessine, au-delà de ce 'Labyrinthe' ; c'est le sens qui est donné dans le Travail d'Hercule : la 'Capture du Taureau de Crète'. Souvent, Hercule représente l'Âme (elle-même) qui a fort à faire, avec la matière - à savoir le corps.

En 2001, il s'interesse et pratique une méditation que le Bouddha (Siddhartha Gautama, dit Shakyamuni) aurait enseigné à ses disciples, il y a deux mille six cents ans - et que l'on nomme VIPASSANA. Lorsque l'on demande au Dalaï Lama, ce qu'il pense de cette méditation, il dit que c'est une "Voie à part". En effet, la méditation Vipassana fait partie de ces 'techniques' où l'esprit est concentré sur un point de plus en plus petit, et ce, sur toutes les parties du corps, voire, des corps physique, énergétique, et au-delà. Il y a deux phases à cette technique : la pratique de base qui s'appelle ANAPANA, qu'il est utile de pratique pendant plusieurs dizaines d'heures (en plusieurs fois, sur plusieurs jours), AVANT de passer à la phase approfondie qui est VIPASSANA. Ainsi, de longues heures en méditation, entrecoupées de moments de pause, pour (ré)activer le corps physique, et faire revenir la conscience dans ce plan extérieur, sont pratiquées pendant plusieurs jours. Sa réaction, après les dix premiers jours de pratique, a été de dire : "Oui, l'esprit peut créer - dès lors, qu'il est focalisé sur un but juste et louable". Depuis, il a participé plusieurs fois à des séjours (retraites), consacrés à cette méditation 'hors du commun', en France et en Inde (dans le Tamil Nadu).

Aujourd'hui, il continue ces pratiques régulièrement ; car on n'arrive pas à traverser une telle dimension en 'une seule vie' smallsmile.
Ainsi, il partage et enseigne diverses techniques méditatives, suivant les besoins et la disponibilité des participant(e)s. Ce sont toujours des moments simples, qui parlent au coeur, et qui donnent à l'esprit et à la conscience, une vision du monde, plus vivante et plus vraie.

En relation avec le Qi Gong, qui est un réel outil pour travailler avec les énergies, et acquérir une certaine harmonie intérieure, il constate que l'un (les niveaux des énergies) et l'autre (celui de la vision intérieure 'juste') sont (re)liés et inséparables. Ainsi, ses rencontres entre Orient et Occident, l'ont amené à croiser la route de bien des 'sages', qui lui ont toujours parlé de ces choses, comme d'un objectif de vie. Sa pratique régulière et sa recherche intérieure, lui ont confirmé qu'il y avait un monde, ou tout au moins un état de la conscience, qui reste à explorer, voire à exploiter dans la vie de tous les jours, entre Terre et Ciel... Ce sera l'Enjeu et le Challenge de l'Humanité, pour ce XXIe siècle.